Pourquoi Faire Face ?

test-banner

Lorsque le choix du nom de notre organisme de formation s’est présenté, nous avons réfléchi à ce qui représentait le mieux notre idéal d’attitude dans notre vie quotidienne : faire face ! Une sémantique que l’on peut appliquer à toutes les tâches et décisions qui se présentent à nous. Une réponse à un mail professionnel, une prise en main d’un conflit au sein de notre entreprise ou une décision d’investissement sont des exemples de décision d’action. Il s’agit de faire face, de ne pas inhiber l’action.

Tel l’aphorisme d’Héraclite, « le conflit, père de toute chose », c’est dans l’adversité, l’échange, le combat, la négociation que l’être humain grandit, que les idées se construisent et que les organisations apprennent.

L’Homme, pour survivre, a développé grâce à son système nerveux autonome des chaînes de réactions aux stimuli de son environnement. Il peut agir, fuir ou s’inhiber. Des réactions conditionnées par sa génétique et son éducation, par ses choix passés. C’est la densité de son être, sa musculature mentale, son armement psychique qui lui permet de faire face. La crise sanitaire de la COVID19 nous a rappelé que la survie de notre société dépend de la capacité de notre système de santé à faire face, avec ou sans moyen. En choisissant de faire face, l’Homme s’habitue au stress aigu moteur de l’action. Il échappe ainsi au stress chronique délétère qui se développe dans l’inhibition de l’action.

Faire face, c’est accepter les conséquences de ses actes. Le dirigeant d’entreprise doit prendre des décisions, souvent dans un brouillard et sans délai. Le résultat de ses décisions impacte les hommes et les capitaux investis. En cas d’échec, il ne peut baisser la garde. Il doit réorienter sa stratégie et continuer l’affrontement. Cette attitude exemplaire est source d’émulation pour les coéquipiers. Un chef qui prend des décisions, les explique, les confronte à celles de ses collaborateurs gagnera en confiance. L’engagement de tous décuplera l’énergie du groupe.

« Connais-toi toi-même » est gravé depuis 2800 ans sur le fronton du temple de Delphes en Grèce. Faire face à soi-même est le premier travail de tout Homme qui veut donner du sens à son action. Qu’est-ce que je veux ? Pourquoi fais-je cela ? Nous ne parlons pas simplement de développement personnel souvent trop égocentré mais d’objectif de vie et de société. Se sentir heureux en entreprise nécessite cette étape difficile d’introspection et pas simplement un management du bien-être souvent vide de sens.

Faire face s’est aussi la construction d’une cohésion du groupe. L’homme est un animal social, la réussite d’une entreprise dépend des hommes et des femmes qui la composent, de leurs interactions. Les conflits qui y naissent sont l’occasion de créer et faire évoluer la stratégie de cette dernière. Le conflit développe l’humain par l’assertivité, l’affirmation de soi et la coopération, la recherche de solutions. S’enfermer dans une bulle peut être reposant un moment, s’habituer à tourner à l’intérieur de soi sans penser au collectif mène à l’individualisme et exclut du groupe.

Voilà ce que nous souhaitons partager avec vous : cette capacité à faire face avec sérénité mais détermination.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Grégory Aymé
Grégory Aymé
Organisme de formation et team building en Alsace. Gestion de risques, développement de leadership, cohésion d'équipe et challenge.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page